Traversées à bord du Méditerranée de la SNCM

entre Toulon et Propriano

Le 26 Avril 2014, nous avons embarqué à bord du Méditerranée pour un aller-retour exceptionnel entre Toulon et Propriano.
Nous embarquons vers 18h00, notre départ étant prévu à 19h30.  Nous quittons le port à l'heure, la manœuvre, habituellement délicate l'est d'autant plus aujourd'hui à cause du vent. Un remorqueur nous assiste donc pour le départ.

1/8

1/20
Nous profitons des espaces qu'offre le navire, assez grands pour un ferry. Les passagers peuvent profiter d'un bar salon, d'une galerie marchande ainsi que des nombreux ponts promenades.
Le lendemain matin, nous accostons à Propriano avec 40 minutes d'avance, à 07h20. Tout comme à Porto-Vecchio, la navigation dans le golfe de Valinco est magnifique, bien que nuageuse ce jour...

1/21
La matinée à Propriano sera malheureusement froide et pluvieuse... 

1/10
Heureusement, quelques éclaircies apparaissent dans l'après-midi...

1/10
Le départ était initialement prévu à 19h30, mais, à cause des mauvaises conditions météorologiques, l'appareillage du Méditerranée est avancé de 2 heures. Nous embarquons donc aux alentours de 16h30. Dès la sortie du port, les creux déjà assez importants dans le golfe de Valinco se font ressentir.

1/16
Si notre départ a été avancé de deux heures, c'est parce que nous avons rencontré, durant notre traversée des creux de 6 à 7 mètres. Par mesure de sécurité, l'accès aux ponts extérieurs du navire était interdit et les points de vente fermés (excepté le bar salon en début de traversée). Des sandwichs et boissons ont donc été offerts à tous les passagers.
Après une nuit sur une mer mouvementée, nous nous réveillons aux alentours de 6h30. Notre arrivée dans la rade toulonnaise prévue pour 7h00, a été retardée d'un peu moins de deux heures suite aux creux rencontrés par le Méditerranée... Nous profitons alors de la vue magnifique sur la côte d'Azur que nous longeons de près. 

1/12
Le pilote embarque à bord du Méditerranée peu avant l'entrée dans la rade de Toulon. Peu de temps après, c'est au tour du remorqueur de s'accoster au Méditerranée, afin de l'assister pour sa manoeuvre, rendue très délicate par le vent.

1/25
Le Méditerranée, à bord du quel nous avions embarqué en Aout 2013 (voir le reportage ici) reste un navire simple mais agréable. La tempête que nous avons traversé a prouvé la très bonne tenue en mer de l'ex-Danielle Casanova. Nous espérons revoyager à son bord prochainement.