Traversée à bord du CRUISE BONARIA de la GRIMALDI LINES

de 🇮🇹 Livourne à Olbia

Notre voyage à bord du Cruise Bonaria, l'un des 12 ferries de la Grimaldi Lines, a été réalisé lors d'une traversée de jour entre Livourne (en Toscane) et Olbia (en Sardaigne) le 5 septembre 2018.
Cette traversée est notre première à bord d'un navire de cette Compagnie italienne. Sa durée de 8 heures nous permet d'avoir un bon aperçu des prestations qu'offre Grimaldi à sa clientèle.
Mis en service le 11 décembre 2001 pour la compagnie grecque Minoan Lines, sous le nom d'Olympia Palace, il a été construit par les chantiers Fincantieri de Sestri Ponente. Il a été mis en service sur les lignes reliant l'Italie à la Grèce continentale (Ancône-Igoumenitsa-Patras). En 2009, il assure la liaison entre Le Pirée (Athènes) et Heraklion (en Crête). En 2010, il est affecté à la ligne Venise-Igoumenitsa-Corfou-Patras.
En 2011, Grimaldi Lines l'affrète sur les lignes Salerne-Tunis et en remplacement sur Livourne/Civitavecchia-Barcelone.
En juillet 2012, Tirrenia affrète le navire pour une durée de plus de 5 ans et le rebaptise Bonaria. Il sera positionné dès le mois d'août sur la ligne Civitavecchia-Cagliari-Arbatax.
En janvier 2018, l'affrètement s'achève, le navire réintègre la flotte Grimaldi Lines et portera cette fois-ci la livrée bleue de la compagnie et sera rebaptisé Cruise Bonaria. Il sera d'abord positionné sur la ligne Salerne-Palerme, avant de remplacer le Cruise Smeralda (ex Ikarus Palace, sister-ship du Jean Nicoli) sur la ligne Livourne-Olbia, qu'il assure conjointement avec le Cruise Olbia
D'une longueur de 214 mètres pour 26,40 de large, il accueille à son bord 1 912 passagers et 821 voitures (ou 110 voitures et 104 camions). Il est capable d'atteindre la vitesse de 29,5 nœuds mais est exploité aux environs de 22 noeuds.
 

1/22
Notre voyage débute deux jours avant l'embarquement ! En effet, il débute dans les Alpes de Haute-Provence. Après une demie journée de route à travers les Alpes, nous atteignons l'Italie et passons une première nuit dans la petite ville de Coni (Cuneo), où nous visitons notamment la grand place Galimberti...
En voir plus
Le Bonaria à Civitavecchia, lors de son affrètement chez Tirrenia, en octobre 2014
 
Le lendemain matin nous reprenons la route, cette fois-ci "l'autostrada", de Coni jusqu'à Livourne, où nous passons la fin de la journée sur la plage, d'où nous apercevons les navires arrivant de Corse et de Sardaigne. Demain matin, il sera l'heure d'embarquer à bord du Cruise Bonaria !
 
En voir plus
Il est environ 7h30 lorsque nous nous présentons à l'embarquement. Le quai où accostent les navires de Grimaldi est à l'origine un quai prévu pour l'accueil de cargos et non pas de navires à passagers, ce qui se ressent (il n'y a ni gare maritime ni réellement de files pour l'attente des véhicules). Enfin, vers 8h30, un agent vient à la rencontre des passagers pour la validation des billets et la remise des tickets autocollants d'embarquement. Vers 9 heures, l'embarquement commence enfin. Les premiers instants à bord sont marqués par les cris stridents d'un matelot sur un passager ne semblant pas avoir compris ses "instructions".
Bienvenue à bord !
 
En voir plus
Dès notre arrivée à bord, nous partons à la découvertes des ponts promenades extérieurs, peu nombreux pour un navire d'une telle capacité passagers. Le pont arrière (l'héliport) est particulièrement usé et sali par la fumée de la cheminée.
 

1/26
Vers 10h10, le Cruise Bonaria ferme les rampes, largue les amarres et quitte son quai, situé dans la Darsena Toscana, le bassin des portes conteneurs. Nous passons ensuite la Torre del Marzocco, une tour de guet bâtie au XVème siècle, fermée au public étant donné qu'elle est située au cœur de l'enceinte portuaire.
 

1/32
Le Cruise Bonaria traverse ensuite le bassin où sont accostés trois navires de croisières, l'Oosterdam d'Holland America Line ainsi que les AIDAprima et AIDAstella d'Aida Cruises, filiale allemande du groupe Costa. Peu avant le passage de la digue marquant la sortie du port, le pilote débarque.
 

1/42
Le Cruise Bonaria prend le large, passe à proximité d'un roulier au mouillage, l'Aquarius Ace, croise deux cargos, le Salambo de la CoTuNav, devant l'île de Gorgona, puis le Massimo Mura de la Tirrenia, entre l'île de Capraia et l'île d'Elbe. Pendant ce temps, la piscine du navire se remplit doucement, certains passagers attendent impatiemment l'ouverture des points de restauration, qui ouvriront leurs portes aux alentours de 12h30.
Depuis le restaurant self-service, nous croisons le Pascal Lota de la Corsica Ferries (ex Superstar de la Tallink).

1/44
Nous optons pour le restaurant self service (le seul affichant sa carte à l'entrée de la salle...), avec l'idée de choisir le "hamburger", proposé à 10,90€. On nous fera comprendre que ce qui est appelé "hamburger" n'est en réalité qu'un steak frite...
En voir plus
Nous vous proposons maintenant de partir à la visite du Cruise Bonaria, ex Olympia Palace de la Minoan Lines (compagnie desquels sont notamment issus le Girolata de la Méridionale ainsi que le Jean Nicoli de la Corsica Linea. Si ce navire est plus récent que les deux autres cités ci-dessus, il n'aura pas eu la chance de connaître le même entretien, ce qui en fait aujourd'hui un navire en très mauvais état. De plus, une grande partie de ses aménagements sont fermés aux passagers, ce qui est regrettable.
La Restauration
Les Bars & Salons
Les Activités & Services
À noter que d'autres services de restauration et salons existaient au temps de la Minoan Lines. On trouvait effectivement un fast food aux abords de la piscine, ainsi qu'une discothèque panoramique autour de la cheminée (sous la coupole de verre), aujourd'hui fermée.
Lorsque le Cruise Bonaria naviguait sous le nom d'Olympia Palace, on y trouvait également un kiosque dans la galerie marchande, ainsi qu'une salle de cinéma, aujourd'hui fermés.
Les Installations
Après notre rapide déjeuner, nous regagnons les ponts arrières, d'où nous apercevons l'île de Montecristo à gauche, ainsi que les côtes corses sur la droite.

1/8
Nous croisons l'autre navire Grimaldi affecté à la ligne Livourne-Olbia, le magnifique Cruise Olbia, qui est l'ex Superfast VI (et Bimini Superfast).

1/12
C'est ensuite le roulier Pauline Russ que nous croisons. Il est le sister-ship de celui qui fut l'éphémère Corsica Linea Dui, second navire de Corsica Linea, avant que la compagnie ne reprenne les navires de la MCM (ex SNCM).

1/11
Nous rencontrons ensuite le Cruise Roma, qui assure la liaison entre Barcelone-Porto Torres et Civitavecchia.

1/14
Un autre ancien navire de la Minoan Lines, l'ex Oceanus et Ariadne Palace I, devenu Mega Express Three chez Corsica Ferries en 2004, sur la ligne Livourne-Golfo Aranci qu'il ne quittera que de façon occasionnelle.

1/13
Approche de la Sardaigne et du golfe d'Olbia en compagnie du cargo Super Fast Baleares de la Tirrenia.

1/9
Rapidement entré dans le golfe d'Olbia, le Cruise Bonaria embarque le pilote. L'arrivée dans ce port est remarquablement belle !

1/25
Le Cruise Bonaria effectue son évitage et accoste dans le port d'Olbia, en compagnie des Moby Dada (Tirrenia), Moby Otta et Giuseppe Sa. (Moby Lines). Nous débarquons vers 18h40, avec une quarantaine de minutes de retard sur l'horaire prévu (bien que le navire ait quitté Livourne à l'heure). 

1/25
Nous assistons au couché du soleil sur la baie d'Olbia, à l'arrivée du Janas de la Tirrenia.

1/8
Cette traversée à bord du Cruise Bonaria nous aura permis de découvrir à la fois ce ferry,
ainsi que la compagnie Grimaldi Lines.
Nous avons trouvé un navire qui a certainement connu des moments glorieux à sa mise en service,
il proposait en effet un grand nombre d'installations et d'activités à ses passagers.
Malheureusement, la plupart des espaces sont aujourd'hui fermés, condamnés
(condamnant avec eux les passagers à l'ennui).
De plus, le navire est dans un état de délabrement avancé et particulièrement sale.
Le Cruise Bonaria n'a plus rien de "cruise"...
Les prestations de la compagnie Grimaldi sont du même niveau, l'équipage est antipathique, ne se souciant absolument pas du bien-être des passagers.
Le seul point positif que l'on peut tirer de ce voyage est le tarif de la traversée, raisonnable, ainsi que celui de la nourriture (bien qu'elle ne soit ni contractuelle, ni de qualité) et des boissons à bord.
Nous garderons tout de même un souvenir agréable de ce voyage pour la découverte des ports de Livourne et Olbia (magnifique !), ainsi que cette traversée de jour ensoleillée !
BONUS : le reportage en story Instagram
En voir plus